Les Trophées

"Un nouveau défi (c'est ce qu'il y a de plus pertinent en art) de la galerie l'Etranger, est de présenter le travail percutant de Joël Bassous. Parce que l'on percute comme sont percutés les culots de cuivre des cartouches qui font office d'yeux au cerfglier dont le col se voit ceint d'un collier de balles bien réelles dont je n'aurais pas, béotien, l'outrecuidance de vérifier le calibre.

C'est d'abord avec le sourire que l'on se confronte à ces créature nées de l'imagination d'un artiste qui, pour notre grand plaisir, se veut avant tout ludique. Pourtant, l'écrivain un peu pervers que je suis aimerait utiliser, pour remplacer le mot trophée, celui de massacre parce que, plus en profondeur,   le travail de Joël Bassous interpelle, inquiète.

Comme s'il était évident de créer un hybride avec deux réalités ! Chez le cyberchamois ou le cyberchevreuil on est frappé par l'utilisation astucieuse d'éléments électroniques; on se demande alors quel est le vrai but du chasseur. Le trophée serait-il l'animal ou l'un de ces éléments de notre modernité aussi fragile que le vivant, tant leur durée de vie est éphémère ?   Il faudrait le demander à l'artiste qui, s'il est chasseur, a assez d'ironie et d'humour pour ne tirer que du gros sel sur ses créatures.

Pourtant, il faut y insister - en dépit de ce qui dans ces oeuvres incitent au sourire, et rares sont les enchantements qui le provoquent - l'homme ne se retrouve-t-il pas prisonnier de sa technique comme le laissent penser ces connexions USB mâles et femelles ? Couple représentatif puisque la technique, la liaison informatique, viennent prendre la place de la sexualité.

Il y a dans ce travail que l'on croirait à tord faussement ludique, un détournement de l'homme. Alors l'humour de Joël Bassous se fait humour noir, l'humour devient une menace, une menace qui vient justifier la fascination éprouvée."

                                                                   Jacques MACE juin 2013.                 



"Cyberchamois" 2012, ft 37x47x40 cm
                                                           


"Cyberchamois black" 2013, ft 37x47x40 cm 


     "Connexion USB mâle/femelle" 2012, ft 100x50x30 cm
                                                                            

Une analyse de l'oeuvre sur :  www.artrinet.com et www.sculpture-contemporaine-lesite.com

Actualités sur Facebook