Sélectionner une page

Si nous commencions par l’art de vivre ensemble ?

Certains artistes sont visionnaires et je crois que nous le sommes tous un peu. Parfois, j’arrive à un niveau de conscience différent où les idées s’associent librement. C’est comme une échappée du monde habituel, où l’espace-temps n’a plus d’importance. Quelquefois, ces moments de création m’amènent vers le futur; je me projette dans l’avenir.

Il y a quelques années, j’ai pris conscience de ma place physique dans ce monde : même pas la taille d’un grain de sable. Je suis collé à la terre par la gravitation. La terre tourne autour du soleil à environ 30 km/s et le soleil m’emporte dans l’espace à 250 km/s. Long moment de solitude…

Ce qui me rassure un peu c’est que nous sommes 7 milliards dans ce cas. 7 milliards, le chiffre est impressionnant. Dans cette multitude, il y a beaucoup d’êtres qui survivent simplement, au jour le jour. La vie est courte et c’est souvent une succession d’épreuves. Malgré les progrès des siècles derniers, nous sommes bien conscients que notre monde va mal. Nous traversons une crise systémique : écologique, agricole, économique, politique, sanitaire, psychologique…

On parle souvent de mettre fin à la pauvreté, c’est louable, mais il faudrait en même temps s’attaquer à la bêtise. Nous devrions mettre de côté les sources de conflits : nationalisme, divisions ethniques et religieuses… nous mobiliser vers un objectif supérieur : construire le monde de demain. Pour y arriver, il me semble nécessaire de nous recentrer sur des valeurs fondamentales : la justice, la liberté, la fraternité.

Alors, nous pourrons construire un monde de paix. Nous aurons fait le premier pas.

Je sais, les artistes sont des rêveurs !